Partager

Demande d’asile à la frontière entre les États-Unis et le Mexique

Les règles relatives à la demande d’asile à la frontière entre les États-Unis et le Mexique ont changé. Comprendre la procédure pour l’application CBP One, fermeture des frontières, l’expulsion accélérée et l’entrevue visant à déterminer si la crainte est crédible. Trouvez des ressources pour vous aider près de la frontière.

Mise à jour juin 16, 2024

Important: cette page est mise à jour lorsque de nouvelles règles sont annoncées. Elle comprend des informations actualisées sur la frontière entre les États-Unis et le Mexique et sur l’interdiction d’asile.

Qu’est-ce que l’asile ?

L’asile est une forme de protection qui vous permet de rester aux États-Unis si vous avez subi ou craignez de subir des persécutions dans votre pays d’origine en raison de votre race, de votre religion, de votre nationalité, de votre appartenance à un groupe social particulier ou de vos opinions politiques.  

Si vous êtes déjà aux États-Unis, vous devez demander l’asile dans l’année qui suit votre arrivée aux États-Unis. Si vous êtes arrivé il y a plus d’un an et que vous n’avez pas encore déposé de demande, consultez un avocat dès que possible pour savoir si vous pouvez bénéficier d’une dérogation au délai.

Qui peut demander l’asile à la frontière américaine ?

Les lois internationales et américaines donnent à toute personne le droit de demander l’asile aux États-Unis et à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. C’est votre droit, même si le gouvernement américain en apportant des modifications pour être plus

Si vous avez un visa pour entrer aux États-Unis ou si vous avez reçu l’autorisation de vous rendre aux États-Unis en vue d’une libération conditionnelle, vous pouvez vous rendre à n’importe quel point d’entrée et faire une demande d’asile légale.

Si vous n’avez pas l’autorisation d’entrer aux États-Unis et que vous souhaitez demander l’asile à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, vous devez prendre rendez-vous avec l’application CBP One.

Si vous ne savez pas utiliser l’application CBP One parce que vous ne savez pas lire ou que vous avez des problèmes techniques majeurs, vous pouvez demander une dérogation à la frontière. Ils vous demanderont de prouver que vous n’avez pas pu utiliser l’application. S’ils acceptent vos preuves, vous aurez peut-être l’occasion de présenter votre cas de crainte fondée. Vous pouvez être placé dans un centre de détention pendant que vous attendez. 

Si vous êtes en situation de risque extrême, vous pouvez vous présenter directement à la frontière sans prendre rendez-vous pour demander l’asile. même si la frontière est fermée. Il peut s’agir de situations telles qu’une urgence médicale aiguë ou une menace immédiate pour votre sécurité.

Si vous ne faites pas l’une de ces démarches et que vous tentez de franchir la frontière entre les États-Unis et le Mexique, vous serez probablement, vous:

  • Ne pas pouvoir demander l’asile
  • Être expulsé des États-Unis en quelques jours grâce à une procédure d’expulsion accélérée
  • interdit de revenir aux États-Unis pendant au moins cinq ans et risquez d’être condamné à une peine de prison et à des amendes en cas de nouvelle entrée illégale

Les frontières sont-elles fermées ?

Non. Cependant, si vous cherchez à obtenir une protection aux États-Unis et que vous entrez en dehors d’un point d’entrée, vous êtes désormais soumis·e· à une nouvelle règle qui pourrait vous rendre non admissible à l’asile.Vous pourriez être admissible à des formes de protection moindres telles que la Suspension de l’Expulsion et la protection en vertu de la Convention Contre la Torture.

Cette nouvelle règle a été appelée une « interdiction d’asile ». Elle limite également les personnes qui peuvent se rendre à un point d’entrée pour demander une protection sans rendez-vous avec l’application CBP One.

Le gouvernement américain a adopté cette règle pour empêcher les gens de traverser en dehors des points d’entrée, pour renvoyer plus rapidement les personnes jugées non admissibles à la protection et pour encourager l’utilisation de l’application CBP One.

Cette règle n’affecte pas certains groupes. Vous pouvez toujours vous rendre à un point d’entrée et pourriez toujours être admissible à l’asile si vous êtes :

  • Vous êtes un enfant non accompagné
  • Victime d’un grave trafic d’êtres humains
  • Vous êtes une personne ayant un rendez-vous avec le CBP
  • Vous courez un risque extrême (comme indiqué ci-dessus)

Toute personne autorisée à entrer aux États-Unis peut le faire à tout moment à un point d’entrée. Cela inclut les citoyens américains, les résidents permanents légaux et les non-citoyens disposant d’un visa valide ou d’une autorisation légale pour entrer aux États-Unis.

Cette interdiction d’asile intervient lorsque le nombre moyen de personnes traversant chaque jour la frontière atteint 2,500. Ce nombre est souvent atteint, donc attendez-vous à ce que cette règle soit régulièrement en vigueur. La règle est levée lorsque les traversées diminuent, ce qui pourrait prendre plusieurs semaines.

Si vous demandez l’asile à la frontière, vous devez d’abord prendre rendez-vous à l’aide de l’application CPB One. Si vous n’avez pas de rendez-vous ou d’autre autorisation pour entrer :

  • Vous devez indiquer clairement aux services d’immigration que vous craignez de retourner dans votre pays d’origine. Vous devrez le prouver en vous appuyant sur de nouvelles normes plus strictes.
  • Vous ne serez pas éligible pour demander l’asile si vous entrez aux États-Unis pendant que la règle est en vigueur. Vous pouvez peut-être demander à rester aux États-Unis dans le cadre d’un statut appelé « withholding of removal » (refus d’expulsion) en raison de persécutions ou de protections en vertu de la Convention contre la torture. Votre éligibilité à l’asile peut être annulée par un tribunal si l’interdiction d’asile est levée.

Cette nouvelle règle est actuellement en vigueur. fait partie d’un décret du président Biden.

Il existe d’autres options que le passage par la frontière pour venir aux États-Unis et qui pourraient être disponibles pour vous.

Quel est le processus ?

Prenez rendez-vous avec l’application CBP One

Si vous souhaitez demander l’asile aux États-Unis à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, vous devez d’abord prendre rendez-vous via l’application CBP One. Vous pourrez lors du rendez-vous qui vous sera fixé présenter vos justificatifs et demander l’asile à un point d’entrée frontalier.

Vous devez vous trouver dans le centre ou le nord-ouest du Mexique pour utiliser l’application. Les rendez-vous ne sont pas toujours disponibles et vous devrez peut-être vous y reprendre à plusieurs fois. Un rendez-vous ne garantit pas l’entrée. Le délai d’obtention d’un rendez-vous peut varier. Certains demandeurs d’asile ont eu la chance d’obtenir un rendez-vous rapidement, tandis que d’autres ont attendu plusieurs mois.

(https://www.youtube.com/watch?v=ycCejJkg6HY)

Rendez-vous au CBP

Vous devrez vous rendre au point d’entrée à la date et à l’heure de votre rendez-vous. Apportez votre numéro de confirmation. Lors de votre rendez-vous, le CBP examinera votre demande.

Le CBP ne traite pas les demandes d’asile à ce point, mais décide si :

  • Vous ferez l’objet d’une assignation à comparaître devant le tribunal de l’immigration pour une procédure d’expulsion. Vous pouvez demander l’asile défensif devant un juge de l’immigration. Vous pouvez être autorisé à entrer ou à séjourner temporairement aux États-Unis pour des raisons spécifiques ou être détenu en attendant votre audience devant le tribunal .
  • Vous serez l’objet d’une procédure d’expulsion accélérée avec renvoi devant un agent d’asile des services de citoyenneté et d’immigration des États-Unis (USCIS) pour un examen des craintes crédibles.

Assignation à comparaître

Si vous recevez un assignation à comparaître, vous ferez l’objet d’une procédure d’expulsion. Vous devrez alors vous présenter devant un juge de l’immigration. Vous pouvez demander l’asile défensif et un juge de l’immigration examinera votre cas. Le juge de l’immigration décidera de vous accorder ou de vous refuser l’asile.

Expulsion accélérée  

Si vous n’êtes plus sous la garde de la patrouille frontalière et que vous attendez un entretien, qui permettra d’évaluer si vos craintes de retourner dans votre pays d’origine sont crédibles, dans un autre établissement, vous ferez l’objet d’une expulsion accéléré sous la garde de l’ICE.

L’expulsion accélérée permet aux agents d’immigration de décider rapidement si une personne doit être expulsée sans comparaître devant un juge. En vertu des nouvelles directives, un plus grand nombre de personnes feront l’objet d’une procédure d’expulsion accélérée des États-Unis. 

Vous pouvez faire l’objet d’une procédure d’expulsion accélérée si vous êtes entré aux États-Unis sans document d’entrée valide (visa, carte de passage de la frontière ou passeport) ou avec de faux documents d’entrée. Vous serez renvoyé dans votre pays d’origine et interdit d’entrée aux États-Unis pendant 5 ans.

L’expulsion accélérée est une mesure qui concerne les adultes célibataires et les familles, mais elle ne s’applique pas aux enfants voyageant seuls. Certaines familles faisant l’objet d’une procédure d’expulsion accélérée peuvent avoir des entretiens avec l’USCIS aux États-Unis pour exprimer des craintes crédibles concernant un retour dans leur pays d’origine, sans être placées en détention.

Si vous faites l’objet d’un renvoi accéléré, vous devez dire aux fonctionnaires que vous craignez de retourner dans votre pays d’origine ou dans le pays de renvoi, que vous craignez d’être persécuté ou torturé, ou que vous voulez demander l’asile, afin d’être pris en considération pour un examen des craintes crédibles.

Renforcement de l’expulsion accélérée

Si vous êtes détenu par le CBP, la procédure d’expulsion accélérée sera différente. La procédure est plus rapide, l’entretien permettant de déterminer si vos peurs de retourner dans votre pays sont crédibles se déroulant généralement dans un délai de trois jours. Un juge l’examinera quelques jours plus tard.

Dans la mesure où la procédure est plus rapide, il est plus difficile d’entrer en contact avec un avocat lorsque l’on est détenu par le CBP. L’accès à une aide juridique est limité et les personnes faisant l’objet d’une procédure d’expulsion accélérée sont expulsées plus rapidement et en plus grand nombre.

Examen des craintes crédibles de retourner dans son pays d’origine

Avoir une crainte crédible de retourner dans votre pays d’origine signifie que vous avez de bonnes raisons de croire que vous y seriez persécuté. Un agent chargé des demandes d’asile procédera à un examen (également appelé entretien) pour déterminer si vos craintes de retourner dans votre pays sont crédibles. Il se peut que vous deviez attendre au moins 24 heures après votre arrivée au centre de détention.

La vérification de la crédibilité de la crainte se fera par téléphone ou en présentiel. Un agent chargé des questions d’asile vous posera quatre questions. Vos réponses permettront de décider si votre demande est suffisamment solide pour passer un entretien sur l’asile ou une audience sur l’immigration. 

Ils pourraient demander :

  • Avez-vous peur de subir un préjudice si vous êtes renvoyé dans votre pays d’origine ou dans le pays dernier pays dans lequel vous avez résidé ?
  • Pourquoi avez-vous quitté votre domicile ou votre dernier pays de résidence ?
  • Avez-vous peur d’être renvoyé au Mexique ?
  • Avez-vous subi une urgence médicale, un préjudice grave ou des violences au Mexique ?
  • Avez-vous demandé l’asile au Mexique ou dans un autre pays ?

Durant cet entretien, vous devez expliquer les raisons pour lesquelles vous avez subi ou craignez de subir un préjudice dans votre pays d’origine. Vous devez indiquer au moins l’une des raisons suivantes :

  • La race
  • La religion
  • La nationalité
  • Les opinions politiques
  • L’appartenance à un groupe social particulier
Nous vous recommandons vivement de dire la vérité lors de votre entretien. Nous vous conseillons de noter les dates clés afin de vous assurer que vous présentez votre dossier correctement à chaque fois. Si vous modifiez accidentellement une partie de votre histoire, vous risquez de compromettre le traitement de votre dossier.

Protection au titre de la Convention contre la torture

Il existe également une autre protection que l’agent chargé du droit d’asile examine lors d’un entretien pour déterminer si vos craintes de retourner dans votre pays d’origine sont crédibles, à savoir la « protection au titre de la Convention contre la torture ». Cette protection est offerte aux personnes qui ont été torturées ou qui craignent d’être torturées par un fonctionnaire ou par des personnes placées sous leur autorité.

Au cours de votre entretien, décrivez clairement le type de torture que vous avez subie ou que vous craignez, et expliquez le rôle de votre gouvernement dans cette affaire.

Droit à l’examen de votre demande dans les 60 jours

Si vous n’avez pas fait l’objet d’un arrêté d’expulsion et que vous êtes détenu en attendant un entretien, vous avez le droit d’obtenir une évaluation de la crédibilité de vos craintes de retour dans votre pays ainsi que les résultats de cette évaluation, dans les 60 jours suivant la transmission de votre dossier au bureau des demandes d’asile pour la programmation de l’entretien.

Si votre cas n’a pas fait l’objet d’une évaluation ou si vous n’avez pas reçu les résultats de votre évaluation dans un délai de 67 jours, vous avez le droit de recevoir une assignation à comparution et de continuer votre procédure comme si l’on avait établi que vos craintes étaient crédibles. Cette règle ne s’applique pas aux personnes ayant fait l’objet d’un arrêté d’expulsion.

Décision suite à l’examen du dossier

Si l’agent chargé des demandes d’asile décide que vos craintes de retourner dans votre pays sont crédibles, il peut prendre l’une des mesures suivantes :

  • Considérer votre cas plus en détail lors d’un deuxième entretien appelé « Asylum Merits Interview » (entretien sur le bien-fondé de l’asile) et vous n’aurez pas besoin de remplir le formulaire I-589
  • Confiez votre dossier à un juge de l’immigration pour qu’il l’examine en tant que dossier d’asile défensif et vous devrez remplir le formulaire I-589

Si l’agent chargé de l’asile décide que votre crainte n’est pas fondée, vous pouvez demander à un juge de l’immigration de revoir sa décision lors d’une audience.

Découvrez à quoi vous attendre lorsque vous êtes détenu et dans un centre de détention pour immigrés.

Trouver de l’aide

La procédure de demande d’asile est très complexe. Il est important d’examiner vos options en matière d’aide juridique. De nombreux organismes et avocats proposent des services et un soutien juridiques gratuits ou peu coûteux. Certains sont énumérés ci-dessous.

Vous avez plus de chances d’obtenir l’asile avec l’aide d’un avocat spécialisé dans l’immigration ou d’un représentant légal accrédité. Ils peuvent vous aider à remplir votre demande et à vous préparer pour votre entretien ou votre audience. 

Qui
Offres
Contact
Adhésion gratuite avec aide et informations juridiques.
Recherche d’une aide juridique par centre de détention.
Aide pour les personnes qui ont été détenues.
209-757-3733
9233# depuis le téléphone d’un centre de détention
Aide en cas de séparation d’avec un enfant ou la famille
213-454-0527
[email protected]
Aide si vous avez été victime d’une agression sexuelle dans un centre de détention ou ailleurs.
800-656-4673
Aide si vous avez été séparé d’un enfant ou d’une famille. Disponible 24 heures sur 24.
800-203-7001
699# depuis le téléphone d’un centre de détention
[email protected]
Aide aux réfugiés et demandeurs d’asile détenus aux États-Unis.
202-461-2356
#566 depuis le téléphone d’un centre de détention
Recevoir des mises à jour sur votre dossier.
800-898-7180
Obtenir des informations sur les membres de la famille et sur votre dossier. Signaler les problèmes survenus pendant la détention, tels que les abus sexuels ou physiques.
888-351-4024
#9116 depuis le téléphone d’un centre de détention
Séparation familiale : [email protected]
Localisateur de détenus :
https://locator.ice.gov/odls/
FindHello app Houston search map
Chercher de l’aide autour de vous

Trouvez une assistance juridique, des cours d’anglais, des centres médicaux, une aide au logement et bien plus encore. Parcourez une carte de la région et une liste de services pour les immigrants aux États-Unis avec l’application FindHello.

Commencez votre recherche

Les organismes locaux qui aident les personnes vivant près de la frontière sont les suivants:


Arizona
Catholic Community Services / Casa Alitas
Florence Immigrant & Refugee Rights

International Rescue Committee
Kino Border Initiative

California
Galilee Center
JFS

California
Al Atro Lado
Border Angels
Border Kindness

Galilee Center
HIAS Mexico
ImmDef

Jewish Family Service 

New Mexico
Lutheran Family Services
Catholic Charities

Texas
Annunciation House
Good Neighbor Settlement House
Interfaith Welcome Collective 
Las Americas Immigrant Advocacy Center
ProBAR
Texas RioGrande Legal Aid

Si vous cherchez de l’aide en dehors des États-Unis, apprenez où trouver de l’aide internationale.

Vous pouvez trouver en ligne l’endroit où une personne est détenue par l’ICE en utilisant le système de localisation en ligne des détenus du ministère américain de la sécurité intérieure (U.S. Department of Homeland Security).

Autres formes de protection

Il existe d’autres options pour venir aux États-Unis, notamment de nouveaux programmes visant à empêcher les personnes de se rendre à la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

Pour les personnes intéressées par les procédures de libération conditionnelle, vous ne serez pas autorisé à présenter une demande si vous essayez d’entrer aux États-Unis et de traverser le Panama, le Mexique ou la frontière américaine. Les Cubains et les Haïtiens qui tentent d’entrer aux États-Unis par voie maritime ne sont pas non plus éligibles.

Les bureaux de Safe Mobility en Colombie, au Costa Rica, en Équateur et au Guatemala peuvent vous aider à explorer vos options. Vous pouvez prendre rendez-vous en cliquant ici.


Les informations contenues dans cette page proviennent de DHS, non-profit organizations working at the border, et d’autres sources fiables. Notre objectif est d’offrir des informations faciles à comprendre et régulièrement mises à jour. Ces informations ne constituent pas un avis juridique.

Partagez